TOUS ENSEMBLE

GRANDE JOURNÉE DE MOBILISATION

NOUS VOUS PROPOSONS 2 ACTIONS

7 MARS A 11H A CAEN

UN CHARIVARI pour la SANTE !

Le 7 mars nous ferons du bruit pour nous faire entendre, dans la rue, dans nos établissements, sous les fenêtres de nos directions, de celles des décideurs et financeurs publics qui ont la responsabilité de nous donner les moyens de poursuivre nos missions.

Nous sommes une richesse pour nos concitoyens et nous le ferons entendre

RENDEZ VOUS pour un GRAND TINTAMARRE

devant la DIRECTION du CHU

 RASSEMBLEMENT à 10h30 devant les locaux syndicaux CFDT

  • Préavis de grève national déposé le 6 février 2017 par la fédération CFDT Santé-Sociaux

 

OU

7 MARS A 15H A FALAISE

UN CHARIVARI

pour la SANTE !

Nous appelons tous les salariés et agents des services de santé, sociaux et médico-sociaux à se mobiliser pour se faire entendre

Le personnel est à bout de souffle . . .

Nous vous proposons donc un rassemblement

 Place Guillaume

Le Conquérant à 15H

Puis nous nous dirigerons vers le bâtiment administratif de l’Hôpital pour faire entendre notre voix :

Sortons de nos services, unités, établissements avec tout ce qui peut nous faire entendre. Instruments de musique, sifflets, crécelles, vuvuzelas… casseroles et cuillères, etc.

Nous sommes une richesse pour nos concitoyens et nous le ferons entendre

N’hésitez pas à nous contacter par mail, téléphone ou auprès de vos représentants CFDT.

 

 

 

 

 

Lettre ouverte à la direction

Voici la lettre que notre équipe à adresser ce jour à la direction …

Nous voulons par cette lettre attirer votre attention sur la situation des agents au sein de notre Établissement.

Depuis de nombreux mois maintenant, lors de toutes les instances, nous n’avons de cesse de vous exposer le mal être de nombreux agents qui travaillent au sein de notre Centre Hospitalier. Ce mal être est amplifié par l’incertitude concernant l’avenir de notre Hôpital, et donc de notre avenir.

Malheureusement, nous n’avons pas le sentiment d’être entendu, ce qui motive notre démarche.

Les conditions de travail dans tous les services de notre structure sont insupportables, aussi bien sur le plan professionnel, que personnel.

Les soignants ont une charge de travail qui est de plus en plus importante, le nombre de patients présents croît de plus en plus, les tâches administratives également, la charge en soins devient énorme et les soignants ne peuvent plus assurer la totalité des tâches qui leur sont confiées.

Les soignants se transforment peu à peu uniquement en « techniciens de santé » ou « machine à panser », ils n’ont plus de temps à consacrer à leurs patients, qu’ils ne voient parfois que quelques minutes par jour. Cette présence auprès de leurs patients représente pourtant le cœur de leur métier. Les soignants autant que les patients souffrent de ce manque de temps.

Ils ne peuvent pas accompagner comme il se doit les familles de patients, répondre à leurs questions ou les soutenir en cas de décès. Ils n’ont pas le temps d’entourer les malades en fin de vie.

Ces dernières semaines, il n’y a pas assez de place dans notre hôpital. Les soignants passent leurs journées à faire des entrées, des sorties et des changements de chambre incessants. Pourtant quand vous avez eu besoin d’ouvrir en urgence une unité tampon, les soignants ont répondu présents aussitôt.

Vous leur avez demandé à nouveau de faire de considérables efforts et une fois de plus ils ont été à la hauteur, mais pour combien de temps encore ?

Les équipes vivent une situation extrêmement difficile au quotidien … Une telle situation n’est pas tenable et malgré toute leur bonne volonté, elles ne pourront pas assurer encore bien longtemps une telle charge de travail ! Le manque de personnel et les rappels sur repos incessants mettent à mal ce qu’il reste des soignants (RH, RTT, CA).

Devant les témoignages de plus en plus fréquents d’agents qui s’adressent à nous pour nous faire part de leur désarroi, souvent en pleurs pendant ou en dehors de leurs heures de travail, et devant leur détresse croissante, nous nous devons de vous alerter.

Ils n’ont souvent ni le temps de boire, ni le temps de prendre une pause repas : ce sont des conditions de travail inhumaines !

Parfois, ils ne voient pas leurs enfants pendant plusieurs jours, ils n’ont plus de vie sociale et doivent rester à la disposition de l’hôpital à chaque instant ! Les agents doivent à tout moment répondre sur leurs téléphones personnels et revenir sur leurs repos en cas de nécessité : cette nécessité n’est plus l’exception, mais la règle. En cas d’impossibilité, les soignants subissent l’insistance, voir le reproche de ne pas être encore disponible pour le service !

Qu’attendez-vous pour réagir ? Attendez-vous que des agents tentent de mettre fin à leurs jours, comme cela se voit dans de nombreux établissement de santé, avant de renforcer les équipes ?

Vous avez créé un personnel dépressif et à bout de souffle, qui n’est plus en mesure d’assurer sereinement son travail quotidien dans des conditions décentes.

Espérons que nous réussirons à vous faire réagir face à la détresse de nos soignants. Avant de pouvoir prendre soin des autres, les soignants ont besoin de moyens pour remplir les missions que vous leur confiez. Ils ont besoin que quelqu’un prenne soin d’eux. Ils ont besoin de considération.

Cordialement,

L’équipe CFDT.

 

MOBILISONS-NOUS LE 7 MARS

#jesuisunerichesse

UN CHARIVARI
POUR LA SANTÉ, LE SOCIAL ET LE MÉDICO-SOCIAL !

Le 7 mars, nous appelons tous les salariés et agents des services de santé, sociaux et médico-sociaux à se mobiliser pour se faire entendre.

Au moment où des échéances électorales décisives vont avoir lieu, où la surenchère s’ajoute aux engagements démagogiques et aux opérations de séduction électorales irresponsables, où des dangers pèsent sur l’avenir de nos pratiques professionnelles par des logiques arithmétiques stupides, il est important de se faire entendre et comprendre de nos concitoyens.

La population française est très attachée à son système de protection sociale, à son libre choix de professionnels de la santé, du social et du médico-social, aux soins, à l’aide, l’accompagnement et au soutien de proximité que beaucoup nous envient dans le monde.
Mais le fossé se creuse entre les besoins de la population et les moyens dont nous disposons pour y faire face.

Notre travail fait chaque jour la preuve de sa pertinence dans une société où les inégalités se creusent, les liens sociaux se détériorent, où une partie de la population se paupérise, sous l’influence d’un progrès pas toujours bien maîtrisé, dont nous récoltons quotidiennement les bénéfices dans nos modes de vie, mais qui continue de laisser beaucoup de nos concitoyens au bord de la route.

Nous sommes indispensables à l’équilibre de la société française et les graves événements auxquels nous avons eu à faire face au cours de l’année 2016, l’ont montré à nouveau avec force.

Chaque professionnel de la santé ou du social est une richesse. La valeur de ses actions quotidiennes est invisible, difficile à recenser au PIB, mais elle participe pourtant large-ment à la croissance économique des territoires.

Le 7 mars nous ferons du bruit pour nous faire entendre, dans la rue, dans nos établissements, sous les fenêtres de nos directions, de celles des décideurs et financeurs publics qui ont la responsabilité de nous donner les moyens de poursuivre nos missions.

Et nous mettrons en garde ceux dont les projets voudraient mettre à mal l’indispensable solidarité entre les citoyens, quels qu’ils soient, d’ici ou d’ailleurs, de confessions, de genres, d’origines, de convictions politiques, philosophiques, différentes, qui tous ont ou auront besoin de nous.

Sortons de nos services, unités, établissements avec tout ce qui peut nous faire entendre. Instruments de musique, sifflets, crécelles, vuvuzelas… casseroles et cuillères, etc.

Nous sommes une richesse pour nos concitoyens et nous le ferons entendre le 7 mars.

IMPORTANCE DES FICHES D’ÉVÈNEMENTS INDÉSIRABLES

POUR ÊTRE ÉCOUTÉ : IL FAUT PARLER

Nous, CFDT, sommes engagés à vos côtés pour faire évoluer vos conditions de travail, surtout en ces moments difficiles de grande demande d’hospitalisation et d’épidémie.

Le personnel est mis à rude épreuve et souvent se trouve dans des situations délicates.Nous le savons, parfois, mais souvent nous ne l’apprenons que tard, alors que la crise est déjà bien avancée.

Nous souhaitons ici attirer votre attention et vous redire à quel point les fiches d’évènement indésirables sont là pour étayer nos demandes auprès de la direction, mais pas seulement. Elles servent aussi à faire connaître à la Direction les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de vos fonctions.Elles sont votre témoignage, votre voix !

Aussi, dès qu’un problème se pose dans votre service, par exemple, un problème de personnel, même le matin avant que votre cadre ne soit arrivé, il est IMPÉRATIF d’appeler l’Administrateur de garde, il est là pour ça. Cet appel permet de résoudre aussitôt les éventuels dysfonctionnement qui se présentent. Plus tard dans votre journée, n’oubliez pas de rédiger une Fiche d’Évènements Indésirables (FEI) sur le portail.

Sur le moment, vous pensez perdre du temps, mais au final, si vous avez de l’aide rapidement cela vous en fera gagner. Grâce à cette FEI, vos représentants CFDT auront également connaissance de cet évènement, et pourront pendant les instances, relayer et argumenter pour que de telles situations soient évitées à l’avenir.

Alors que les jours de congés sont déjà réduits au minimum, que le stress est à son maximum, il faut que tout incident soit consigné.

Aussi n’oubliez pas que pour bien travailler et prendre soin des autres il faut aussi prendre soin de vous.

Il n’est pas normal de ne pas avoir le temps de prendre ses repas ou de faire une pause digne de ce nom.

Si vous sentez que vous avez besoin d’aide CONTACTEZ-NOUS

L’Hôpital est grippé

Communiqué de presse CFDT du 12/01/2017

Aujourd’hui l’hôpital public semble ne pas pouvoir faire face à une épidémie de grippe ! C’est pourtant son rôle.
Cet épisode montre une nouvelle fois la fragilité de notre système de santé.
Déjà sous tension au quotidien, l’hôpital est incapable d’absorber de tels pics d’activité malgré la bonne volonté des personnels.
Une fois de plus, les fonctionnaires de la santé font face et montrent leur indispensable engagement. Ils sont une richesse pour le pays, richesse qu’il faut savoir préserver et cultiver, dans l’intérêt de ce bien commun qu’est la santé de chacun.
Organisation à flux tendu, restructurations inadaptées, contraintes budgétaires continuent de mettre l’hôpital en danger. Il est primordial de ne pas perdre le sens de sa mission et son utilité, et plus que jamais de garder une vision de long terme.

La CFDT Santé Sociaux demande que se développe une meilleure vision stratégique intégrant la réflexion des agents. Il faut penser notre système de soin, dans la complémentarité de tous ses acteurs, dans sa capacité à faire face à des crises sanitaires.

Pour la CFDT Santé Sociaux, la question de la prévention et de la lutte contre les inégalités sociales de santé, en
particulier pour les plus précaires doit être au cœur de cette stratégie de santé.

VENEZ NOMBREUX LE 12 JANVIER

NON

à de nouvelles suppressions de postes !

Encore une fois des économies sur le personnel paramédical alors que le budget alloué aux médecins intérimaires (urgentistes, anesthésistes, radiologues, etc…) est en progression constante.

Nous voulons un avenir pour notre hôpital, cet avenir passe par un projet médical cohérent avec le besoin en santé de notre bassin de population.

Une fois le projet médical validé par l’ARS, et seulement à ce moment là, nous discuterons des besoins en personnel en adéquation avec ce projet.

Rappel des mesures envisagées :

  • Suppression d’un poste de manip radio en imagerie
  • Suppression d’un poste de technicien au laboratoire
  • La mutualisation du poste de conducteur SMUR et de celui de veilleur de nuit
  • La suppression d’un poste IDE le weekend en Médecine A
  • Le non remplacement d’une partie d’un poste d’un agent retraité
  • Le décompte des journées de formation à 7H et non plus à 7H40

Nous vous invitons donc à venir en débattre avec la CFDT  le

Jeudi 12 janvier 2017 à 14H30

Salle polyvalente à Bernardin

L’AVENIR DE L’HOPITAL DE FALAISE SE CONSTRUIT AUJOURD’HUI …

VENEZ NOMBREUX

Rappel : afin de venir à cette réunion, vous devez remplir une feuille d’autorisation spéciale d’absence (imprimé jaune / disponible sur l’intranet) et le remettre à votre responsable au moins trois jours avant la réunion.

MOBILISONS NOUS LE 12 JANVIER A 14H30

NON

à de nouvelles suppression de postes !

Le projet présenté en dialogue social le 8 décembre dernier, est tout simplement INACCEPTABLE !

Le personnel ne peut pas être encore la variable d’ajustement, et le seul moyen envisagé par  la direction pour essayer de faire des économies à la marge

Lors de la présentation du RIA 2016 et de l’EPRD 2017, la direction nous annonçait, comme « piste de travail », qu’elle envisage les actions suivantes :

  • Suppression d’un poste de manip radio en imagerie
  • Suppression d’un poste de technicien au laboratoire
  • La mutualisation du poste de conducteur SMUR et de celui de veilleur de nuit
  • La suppression d’un poste le weekend en Médecine A
  • Le non remplacement d’une partie d’un poste d’un agent retraité
  • Le décompte des journées de formation à 7H et non plus à 7H40

Ces mesures ne sont que des mesurettes d’opportunité, sans vision à long terme et sans cohérence.

Elles entraîneront qu’une nouvelle dégradation de nos conditions de travail.

Nous vous proposons donc une réunion d’information le

jeudi 12 janvier 2017 à 14H30

Salle polyvalente de Bernardin

L’AVENIR DE L’HÔPITAL DE FALAISE SE CONSTRUIT AUJOURD’HUI … VENEZ NOMBREUX

Rappel : afin de venir à cette réunion, vous devez remplir une feuille d’autorisation spéciale d’absence (imprimé jaune / disponible sur l’intranet) et le remettre à votre responsable au moins trois jours avant la réunion.