Programme du FN. L’illusion sociale, sans les syndicats et contre les salariés

23 mars 2017 Par Rachida El Azzouzi. 
Article MEDIAPART
Marine Le Pen joue la carte du social pour mieux se mettre « le peuple » dans la poche. Une de ses plus grandes supercheries. Décryptage.

 

« Le peuple ». Marine Le Pen l’invoque en permanence. Au point d’avoir réussi l’une des plus grandes impostures de ces dernières années : faire croire que son parti, le Front national, est le parti des classes populaires, des ouvriers, des salariés, de la France d’en bas acculée par la crise économique, le chômage, la pauvreté, « des invisibles », « des oubliés ». Un vocabulaire et des références qu’elle n’a pas craint d’emprunter à la gauche de l’échiquier politique…

Son père avait déjà usé des accents de gauche à l’aube des années 2000. Elle a fini de prendre ce virage social, alors que les discours et les propositions frontistes ne sont ni neuves, ni sociales. Et que les premières victimes de son programme économique et social seront ceux-là mêmes qui votent ou qui veulent voter pour elle.

Derrière les mots, sous le vernis d’un programme ni chiffré ni détaillé, qui compile des mesures de gauche « pour faire de gauche » (soutenir les services publics, les bas salaires, le retour de la retraite à 60 ans, dégeler le point d’indice des fonctionnaires, retirer la loi sur le travail…) et des rengaines poujadistes et néolibérales (la défense des petites entreprises et des artisans étranglés par les charges et les procédures administratives, l’apprentissage à 14 ans…), ce n’est pas « une France apaisée » qu’elle vise, comme le clame le nouveau slogan du parti, mais bien une France encore plus fracturée socialement, où les solidarités seront mises à mal.

L’a-t-on vue, elle ou les élus de son parti, descendre dans les rues soutenir les ouvriers, les employés luttant pour leur emploi, leur usine, à travers la France, les PSA, Goodyear, ArcelorMittal, Doux, Alstom, Air France, etc. ? Un exemple emblématique parmi d’autres : les 24 élus frontistes du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont Jean-Marie Le Pen, ont refusé de voter une motion de « solidarité » avec les 182 salariés de l’usine de thés Fralib, sacrifiés par le géant Unilever qui verse des milliards à ses actionnaires…

La finance. C’est pourtant l’ennemi, jure le Front national, pour mieux attirer les électeurs dans ses filets. En réalité, il s’oppose à la fixation d’un salaire maximum pour les grands patrons. Comme il s’oppose à l’augmentation du Smic, alors qu’il martèle qu’il est le parti du « redressement du pouvoir d’achat des Français ». « Cela entraîne une charge supplémentaire pour les entreprises, qui sont déjà dans une très grande fragilité dans notre pays », a décrété Marine Le Pen. Mais le Smic, régulièrement présenté comme « un problème » en France, rarement comme un instrument de justice sociale, c’est le salaire minimum d’environ 3,1 millions de salariés. Soit 13 % de l’ensemble des salariés en France, qui gagnent 1 150 euros net par mois.

Les mesures de Le Pen pour le pouvoir d’achat sont encore moins précises qu’en 2012, où elle assurait que tous les salaires jusqu’à 1 500 euros seraient revalorisés de 200 euros net par mois grâce à « l’instauration d’une contribution sociale aux importations de 3 % sur la valeur des biens importés ». Désormais, Le Pen ne parle plus que de « prime de pouvoir d’achat » pour « les bas revenus et les petites retraites ». « Elle représentera près de 80 euros par mois », annonce-t-elle au Monde. Et elle la financera avec toujours le même mécanisme de taxe sur l’importation, qui sera supporté en définitive… non pas par le grand capital, mais par les salariés et les retraités, et tous les autres consommateurs.

Sur le plan des mutations du travail, de sa raréfaction, rien. Marine Le Pen donne la priorité aux petits patrons. Elle promet d’« alléger la complexité administrative et fiscale » qui pèse sur les PME, de recentrer sur celles-ci et sur les start-up le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), et de refondre le RSI, le régime de sécurité sociale des indépendants, un des plus grands cauchemars administratifs de ces dernières années, qui cristallise la colère des entrepreneurs et est devenu un sujet de campagne (lire ici notre enquête).

Elle promet « une amnistie générale des arriérés des cotisations sociales de tous les indépendants » si elle est élue et de laisser le choix aux indépendants, soit de s’affilier au régime général, soit de conserver un système spécifique, mais sur la base de l’auto-déclaration, une souplesse qui ne va rien résoudre, surtout pas la question du niveau des cotisations à verser pour obtenir des prestations correctes.

La candidate du FN promet d’abroger la loi sur le travail tant décriée, qui a fini de flexibiliser le salariat et bouleversé des pans entiers du code du travail, notamment en matière de temps de travail. Elle assure ne pas vouloir toucher à la durée hebdomadaire légale du travail et aux 35 heures, mais elle cultive l’ambiguïté en ouvrant la porte aux dérogations « au niveau des branches professionnelles », tout en affirmant l’impossible, que ces renégociations ne peuvent se faire sans compensation salariale, et en rétablissant la défiscalisation des heures supplémentaires.

Cette défiscalisation était la mesure phare du « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy en 2007, celle qui lui a permis de s’attaquer indirectement aux 35 heures et que Marine Le Pen critiquait alors vertement. Cette dernière veut aussi rétablir l’apprentissage à 14 ans, soit le retour du travail des enfants, une vieille antienne de la droite.

Autre proposition choc de Marine Le Pen : inscrire la « priorité nationale » dans la Constitution après référendum et en faire la pierre angulaire de sa politique, notamment en matière d’emploi. Le Pen veut imposer, après la sortie de l’euro, une taxe additionnelle sur toute nouvelle embauche d’employé étranger, y compris européen. Et le montant pourrait être de l’ordre de « 10 % du salaire brut mensuel du salarié étranger », selon Florian Philippot (au micro de RTL). Une telle taxe existe déjà aujourd’hui. Un employeur qui embauche un travailleur non européen pour 3 à 12 mois paye une taxe de 70 à 300 euros.

Le Pen veut privilégier les entreprises françaises dans l’attribution de marchés publics et lutter contre la directive sur les travailleurs détachés, en l’abrogeant pour mieux défendre le repli national, son obsession. Le Pen oublie, comme la droite qui marche dans ses pas avec ses clauses Molière nauséabondes, que la France, après la Pologne et l’Allemagne, est le pays qui détache le plus de travailleurs en Europe et qu’elle serait bien embêtée si l’on demandait à ces salariés de parler la langue du pays dans lequel ils échouent.

Le FN n’a jamais appelé à manifester aux côtés des Français contre les réformes libérales qui se succèdent depuis trente ans et malmènent notre système de retraites. À l’automne 2010 pourtant, le parti d’extrême droite ne cessait de dénoncer le caractère « injuste et inefficace » de la réforme Sarkozy. Sept ans plus tard, alors que l’âge légal de départ à la retraite a été maintenu par François Hollande à 62 ans, sauf pour les carrières pénibles – 60 ans –, le FN avance dans le flou et propose de fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans, avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite à taux plein. Mais il se garde bien de dire si les salariés n’ayant pas leurs 40 ans de cotisation pourraient partir à cet âge-là. Ce qu’il promettait en 2012.

À l’époque, Marine Le Pen martelait « aux Français » : « Ne vous soumettez pas à l’escroquerie qui consiste à vous faire croire que nous n’en avons pas les moyens [du retour de l’âge légal à 60 ans – ndlr]. Nous en avons les moyens. » Si le parti joue les girouettes, c’est parce qu’il est très divisé en interne sur la question, comme le décrypte Libération, les uns, comme Le Pen père, prônant un départ à 65 ans, les autres, comme Le Pen fille, un départ à 60 ans. Concernant la pénibilité, Le Pen, qui veut supprimer le compte pénibilité instauré par Hollande pour « libérer les PME », avance qu’elle sera compensée par une majoration des annuités de retraite, sans plus de précision.

On n’a jamais vu le FN défiler aux côtés des salariés, des retraités, du public, du privé, car il a une aversion pour les syndicats. Marine Le Pen veut se la jouer « sociale », mais sans les syndicats de salariés. Elle les juge « complices » des gouvernements et « discrédités ». En 2014, elle menait la charge au micro d’Europe 1 : « Les syndicats ont refusé de s’opposer au libre-échange total. Ils défendent l’immigration qui pèse à la baisse sur les salaires ; ils défendent l’ouverture totale des frontières imposée par l’Union européenne ; ils s’opposent au protectionnisme qui est le seul moyen d’éviter la concurrence internationale déloyale ; ils s’opposent au patriotisme économique qui permet à l’État de donner un avantage dans les marchés publics aux entreprises françaises. Ils ont accepté ce modèle, ils sont discrédités. »

Le FN veut moraliser la vie syndicale par un contrôle public du financement des syndicats, ce qui reviendrait à mettre les syndicats sous la tutelle de l’État, et « instaurer une véritable liberté syndicale par la suppression du monopole de représentativité ». « Mais aujourd’hui, la liberté syndicale existe, même si elle demeure perfectible, et avec la loi de 2010, dite de modernisation du dialogue social, le monopole de représentativité issu de “l’attitude des syndicats pendant l’occupation nazie” a disparu, tenant compte de l’évolution du pluralisme syndical dans notre pays », rappelle VISA, collectif intersyndical contre le FN, avec notamment la CGT, la CFDT, Solidaires, la FSU.

Ce collectif intersyndical se demande si Le Pen « ne cherche pas plutôt à ouvrir la porte à des syndicats corporatistes (style charte du travail sous Pétain…) qui seraient “plus à même de rentrer dans des logiques de concertation constructive sans recourir au rapport de force (grève, manifestation)”, comme c’est écrit dans son programme de 2012, ou à des faux syndicats, appendices du FN, comme dans les années 1990 ».

COMMUNIQUE DE PRESSE

DÉCLARATION DE LA COMMISSION EXÉCUTIVE DE LA CFDT

CONFÉDÉRATION CFDT (N°18 24 avril 2017)

Les locaux de la CFDT vandalisés

La CFDT condamne avec fermeté l’attaque qui a visé ses locaux, dimanche soir et les menaces de mort qui ont été proférées.

Ces événements intolérables témoignent des dangers qui pèsent sur notre démocratie.

Dès l’annonce des résultats, la CFDT a pris ses responsabilités en appelant à voter pour le seul candidat républicain présent lors du second tour. La CFDT a affiché clairement son rejet du Front National. Cette prise de position est jugée inacceptable pour certains.

La CFDT est et restera intransigeante face aux attaques et aux violences de tous les extrêmes, de droite comme de gauche.

La CFDT a toujours dénoncé les totalitarismes et continuera à défendre les valeurs de démocratie.

La CFDT va bien évidemment porter plainte contre ceux pour qui la violence et la haine sont le seul langage.

COMMUNIQUE DE PRESSE

DÉCLARATION DE LA COMMISSION EXÉCUTIVE DE LA CFDT ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES (23 AVRIL 2017)

 

La CFDT appelle à battre le Front National

La CFDT appelle dès maintenant toutes celles et tous ceux qui sont attachés à notre République à se mobiliser pour battre la candidate du Front National, dimanche 7 mai et donc à voter Emmanuel Macron.

La CFDT s’est toujours battue contre le totalitarisme, la xénophobie et le rejet de l’autre. Pour la CFDT, le Front National n’est donc pas une option. Ses idées constituent une menace pour la démocratie, la solidarité, la justice sociale et l’égalité que la CFDT défend quotidiennement avec d’autres acteurs de la société civile. Face à la menace que fait peser sur la France et l’Europe la présence de Marine Le Pen au second tour, chacun doit prendre ses responsabilités et appeler au sursaut démocratique.

Les résultats de ce soir montrent un pays profondément divisé et en attente d’une dynamique porteuse de progrès social pour tous. En conséquence, cet appel à la mobilisation contre le Front National pose une exigence envers le futur président de la République.

La CFDT, dans les jours à venir, prendra part à toutes les initiatives qui viseront à rassembler les citoyens qui s’engagent pour une France tolérante, fraternelle, généreuse et ouverte sur l’Europe et le monde.

STOP à l’épuisement professionnel !

Le burn-out qu’est-ce que c’est ? 

Des conditions de travail de plus en plus difficiles, des rappels sur repos incessants, des familles agressives, … voici autant de causes de difficultés au travail.  Quand vous êtes à bout n’hésitez pas à en parler. 

Voici quelques extraits d’articles sur le burn-out. 

Salariés en situation de burn-out, quels sont les recours ?

Par Marie-Laure ARBEZ-NICOLAS , Avocat – Modifié le 19-09-2016

Le burn-out peut être caractérisé comme « un état d’épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel » (Schaufeli et Greenglass 2001).

Il peut être considéré comme une pathologie psychique.

Le burn-out se traduit généralement par une fatigue chronique, un épuisement physique et émotionnel, la sensation que tout est insurmontable, une diminution de l’estime de soi, des sentiments de désespoir, d’inutilité et de résignation. Le salarié perd progressivement le sens de son travail.

Le burn-out peut difficilement être reconnu comme accident du travail, lequel doit selon la Cour de Cassation résulter d’une « action violente et soudaine d’une cause extérieure ».

  • La possible reconnaissance du Burn-out comme maladie professionnelle

Les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle.

Toutes les pathologies psychiques sont susceptibles d’être concernées.

Il peut s’agir du syndrome d’épuisement professionnel communément appelé « Burn-out », mais également des maladies liées à un état de stress excessif (états de dépression, syndrome de fatigue chronique, troubles anxieux, états de stress post traumatique, etc.).

Si le stress n’est pas en soi une maladie, une exposition au stress peut être à l’origine de problèmes de santé et provoquer des maladies psychiques.

Ces pathologies ne sont pas désignées dans un tableau de maladies professionnelles.  Concrètement, cela signifie que ces pathologies psychiques ne bénéficient pas à l’heure actuelle, d’une présomption d’imputabilité au travail.

En d’autres termes, le Burn-out n’étant à ce jour pas inscrit aux tableaux des maladies professionnelles de la Sécurité sociale, il n’y-a pas de présomption d’origine professionnelle de cette maladie.

Cependant, ces pathologies dites « hors tableau » peuvent être reconnues via le système complémentaire de reconnaissance des maladies professionnelles (Article L. 461-1 CSS).

Cette procédure suppose d’établir :

  • Que la pathologie est essentiellement et directement causée par le travail habituel de la victime
  • Qu’elle entraîne le décès de celle-ci ou une incapacité permanente d’un taux au moins égal à 25%

C’est la CPAM qui reconnaît la maladie professionnelle après avis motivé du Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP). Il est à noter que l’avis du CRRMP s’impose à la CPAM.

Le Décret du 1er juin 2016 a adapté la phase d’instruction, afin de faciliter la reconnaissance du caractère professionnel de ces maladies, en prévoyant l’intégration d’un spécialiste au CRRMP (un Professeur des universités-praticien hospitalier ou un praticien hospitalier spécialisé en psychiatrie). (Article D. 461-27 du CSS).

De plus, chaque fois qu’il l’estime nécessaire, le médecin-conseil de la CPAM ou le CRRMP doit faire appel à l’avis d’un médecin spécialiste ou compétent en psychiatrie.

Si la maladie professionnelle est reconnue, les frais de santé sont couverts à 100% sur la base des tarifs de la sécurité sociale. En outre, le salarié pourra notamment percevoir des indemnités journalières versées par la CPAM durant les arrêts de travail, une rente en cas d’incapacité permanente.

  • L’engagement possible de la responsabilité de l’employeur

 Le salarié victime d’un burn-out peut, indépendamment de la reconnaissance de celui-ci en tant que maladie professionnelle, rechercher la responsabilité de son employeur sur deux fondements :

  • En cas de harcèlement moral

Le burn-out peut être la conséquence d’un harcèlement moral.

L’article L.1152-1 du Code du travail dispose que : « Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel »

  • En cas de manquement de l’employeur à son obligation de sécurité 

L’employeur est tenu d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale des salariés (L. 4121-1 du Code du travail). A cet égard, il est tenu d’une obligation dite de résultat.

 

 

Retrouvez la totalité de cet article sur  http://www.juritravail.com/Actualite/burn-out-epuisement-professionnel/Id/252351

Reconnaissance de la maladie professionnelle

Il est déjà possible de faire reconnaître le caractère professionnel d’une maladie comme le « burnout » ou toute autre forme d’épuisement professionnel, même si la démarche est plus difficile.

Néanmoins, les informations diffusées dans la presse, suite au récent débat à l’Assemblée Nationale, ont fait l’objet de nombreuses demandes et questions.

Nous vous présentons ici un point sur l’état d’avancement des travaux législatifs et ce qui change :
– la possibilité de reconnaître le caractère professionnel d’une maladie psychique est désormais inscrite dans la loi N°2015-994 qui a été promulguée le 17 août 2015,

– mais les textes ne sont pas figés puisqu’ils sont assujettis à un rapport que le gouvernement devra remettre au Sénat (amendement n°335),

plus récemment, le décret du 7 juin 2016 a pour ambition de mettre en place des mesures afin de renforcer l’expertise médicale facilitant ainsi la reconnaissance des pathologies psychiques (même si nous estimons que le « burnout« , à la base, n’est pas une maladie psychique).
Le « burnout », les autres formes d’épuisement professionnel et les maladies psychiques d’origine professionnel ne sont toujours pas inscrits aux tableaux des maladies professionnelles,

Les notes relatives aux divers amendements rappellent l’intention de renforcer la prévention des risques psycho-sociaux, comme il était déjà question dans le seul texte de loi a été déposé en juillet 2014 au Sénat,

Nous regrettons que le « burnout » soit intégré aux risques psycho-sociaux et associés aux pathologies psychiques et nous défendons l’idée que le « burnout »  est avant tout une maladie du stress.

 

Retrouvez la totalité de cet article sur http://asso-franceburnout.fr/reconnaissance-de-la-maladie-professionnelle/

Le Burn-out

Le « burn out » est le syndrome d’épuisement professionnel.

C’est une maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications du comportement en milieu professionnel.

Le burnout est caractérisé par un épuisement physique, par des sentiments d’impuissance et de désespoir, par un assèchement émotionnel et par le développement du concept de soi négatif, et d’attitudes négatives envers le travail, la vie et les autres personnes.

Le diagnostic de cet état de fatigue classe cette maladie dans la catégorie des risques psychosociaux professionnels et comme étant consécutive à l’exposition à un stress permanent et prolongé.

Il est impossible de faire reconnaitre le burn-out comme un « accident du travail » car on ne peut le qualifier « d’action violente et soudaine d’une cause extérieure » ce qui est pourtant la définition d’accident du travail selon la Cour de cassation.

L’indemnisation du burn-out du salarié au titre des maladies professionnelles

Il n’existe aucune présomption sur la nature professionnelle du burn-out.

En effet, le burn-out n’est pas inscrit sur les tableaux des maladies professionnelles.

Par conséquent, c’est régime général de la Sécurité Sociale qui supporte le coût du burn-out et non la branche accidents du travail-maladies professionnelles.

Le malade atteint de burn-out doit prouver que sa maladie est directement liée à sa profession et exclusivement liée à sa profession, et qu’elle l’a plongé dans un état de maladie le rendant, au moins partiellement, incapable de retravailler.

Tout antécédent existant, avant l’embauche dans l’emploi qui aurait entrainé le burn-out, diminue les chances que soit reconnue la maladie professionnelle.

Pour que le syndrome du burn-out soit reconnu comme une maladie professionnelle, le salarié concerné doit adresser à la Caisse primaire d’assurance maladie de son secteur les pièces suivantes :

– Une déclaration préalablement remplie sur un formulaire original intitulé « Déclaration de maladie professionnelle ou demande motivée de reconnaissance de maladie professionnelle » ;

– Un certificat médical indiquant la nature de la maladie, notamment les manifestations constatées de la maladie ainsi que les suites probables. Le médecin traitant, ou un médecin du travail, doit s’en charger, et remettre au salarié concerné ce certificat en trois exemplaires ;

– Un second certificat médical, constatant la guérison ou la consolidation de l’état de santé du salarié, ou indiquant les conséquences définitives de sa maladie.

Le médecin traitant, ou un médecin du travail s’en charge. Il doit remettre ce certificat en trois exemplaires.

La Caisse primaire d’assurance maladie évaluera ensuite le taux d’incapacité de travail du salarié concerné.

Si le taux d’incapacité de travail est supérieur à 25%, et s’il y a un lien direct entre la maladie et le travail, la Caisse primaire d’assurance maladie transmettra la demande de reconnaissance de maladie professionnelle au Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles.

Si la maladie professionnelle est reconnue, le salarié pourra bénéficier de la réparation de ses dommages corporels, de l’octroi d’indemnités journalières en cas d’interruption temporaire de travail et d’une rente en cas d’incapacité permanente.

L’engagement possible de la responsabilité de l’employeur

Derrière le burn-out se cache peut être la responsabilité du milieu professionnel, et peut-être celle de l’employeur.

L’article L. 1152 du Code du travail dispose qu’aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

Les travaux des médecins et des psychologues ont mis en lumière le fait que certaines pathologies trouvent leur source non seulement dans le comportement pervers, volontaire ou non, de certaines personnes mais également dans certains modes d’organisation du travail.

On note que le syndrome d’épuisement professionnel commence à être pris en compte par la jurisprudence.

Retrouvez la totalité de cet article sur www.jdbavocats.com/droit-social/112-le-burn-out.html

TOUS ENSEMBLE

GRANDE JOURNÉE DE MOBILISATION

NOUS VOUS PROPOSONS 2 ACTIONS

7 MARS A 11H A CAEN

UN CHARIVARI pour la SANTE !

Le 7 mars nous ferons du bruit pour nous faire entendre, dans la rue, dans nos établissements, sous les fenêtres de nos directions, de celles des décideurs et financeurs publics qui ont la responsabilité de nous donner les moyens de poursuivre nos missions.

Nous sommes une richesse pour nos concitoyens et nous le ferons entendre

RENDEZ VOUS pour un GRAND TINTAMARRE

devant la DIRECTION du CHU

 RASSEMBLEMENT à 10h30 devant les locaux syndicaux CFDT

  • Préavis de grève national déposé le 6 février 2017 par la fédération CFDT Santé-Sociaux

 

OU

7 MARS A 15H A FALAISE

UN CHARIVARI

pour la SANTE !

Nous appelons tous les salariés et agents des services de santé, sociaux et médico-sociaux à se mobiliser pour se faire entendre

Le personnel est à bout de souffle . . .

Nous vous proposons donc un rassemblement

 Place Guillaume

Le Conquérant à 15H

Puis nous nous dirigerons vers le bâtiment administratif de l’Hôpital pour faire entendre notre voix :

Sortons de nos services, unités, établissements avec tout ce qui peut nous faire entendre. Instruments de musique, sifflets, crécelles, vuvuzelas… casseroles et cuillères, etc.

Nous sommes une richesse pour nos concitoyens et nous le ferons entendre

N’hésitez pas à nous contacter par mail, téléphone ou auprès de vos représentants CFDT.

 

 

 

 

 

Lettre ouverte à la direction

Voici la lettre que notre équipe à adresser ce jour à la direction …

Nous voulons par cette lettre attirer votre attention sur la situation des agents au sein de notre Établissement.

Depuis de nombreux mois maintenant, lors de toutes les instances, nous n’avons de cesse de vous exposer le mal être de nombreux agents qui travaillent au sein de notre Centre Hospitalier. Ce mal être est amplifié par l’incertitude concernant l’avenir de notre Hôpital, et donc de notre avenir.

Malheureusement, nous n’avons pas le sentiment d’être entendu, ce qui motive notre démarche.

Les conditions de travail dans tous les services de notre structure sont insupportables, aussi bien sur le plan professionnel, que personnel.

Les soignants ont une charge de travail qui est de plus en plus importante, le nombre de patients présents croît de plus en plus, les tâches administratives également, la charge en soins devient énorme et les soignants ne peuvent plus assurer la totalité des tâches qui leur sont confiées.

Les soignants se transforment peu à peu uniquement en « techniciens de santé » ou « machine à panser », ils n’ont plus de temps à consacrer à leurs patients, qu’ils ne voient parfois que quelques minutes par jour. Cette présence auprès de leurs patients représente pourtant le cœur de leur métier. Les soignants autant que les patients souffrent de ce manque de temps.

Ils ne peuvent pas accompagner comme il se doit les familles de patients, répondre à leurs questions ou les soutenir en cas de décès. Ils n’ont pas le temps d’entourer les malades en fin de vie.

Ces dernières semaines, il n’y a pas assez de place dans notre hôpital. Les soignants passent leurs journées à faire des entrées, des sorties et des changements de chambre incessants. Pourtant quand vous avez eu besoin d’ouvrir en urgence une unité tampon, les soignants ont répondu présents aussitôt.

Vous leur avez demandé à nouveau de faire de considérables efforts et une fois de plus ils ont été à la hauteur, mais pour combien de temps encore ?

Les équipes vivent une situation extrêmement difficile au quotidien … Une telle situation n’est pas tenable et malgré toute leur bonne volonté, elles ne pourront pas assurer encore bien longtemps une telle charge de travail ! Le manque de personnel et les rappels sur repos incessants mettent à mal ce qu’il reste des soignants (RH, RTT, CA).

Devant les témoignages de plus en plus fréquents d’agents qui s’adressent à nous pour nous faire part de leur désarroi, souvent en pleurs pendant ou en dehors de leurs heures de travail, et devant leur détresse croissante, nous nous devons de vous alerter.

Ils n’ont souvent ni le temps de boire, ni le temps de prendre une pause repas : ce sont des conditions de travail inhumaines !

Parfois, ils ne voient pas leurs enfants pendant plusieurs jours, ils n’ont plus de vie sociale et doivent rester à la disposition de l’hôpital à chaque instant ! Les agents doivent à tout moment répondre sur leurs téléphones personnels et revenir sur leurs repos en cas de nécessité : cette nécessité n’est plus l’exception, mais la règle. En cas d’impossibilité, les soignants subissent l’insistance, voir le reproche de ne pas être encore disponible pour le service !

Qu’attendez-vous pour réagir ? Attendez-vous que des agents tentent de mettre fin à leurs jours, comme cela se voit dans de nombreux établissement de santé, avant de renforcer les équipes ?

Vous avez créé un personnel dépressif et à bout de souffle, qui n’est plus en mesure d’assurer sereinement son travail quotidien dans des conditions décentes.

Espérons que nous réussirons à vous faire réagir face à la détresse de nos soignants. Avant de pouvoir prendre soin des autres, les soignants ont besoin de moyens pour remplir les missions que vous leur confiez. Ils ont besoin que quelqu’un prenne soin d’eux. Ils ont besoin de considération.

Cordialement,

L’équipe CFDT.

 

MOBILISONS-NOUS LE 7 MARS

#jesuisunerichesse

UN CHARIVARI
POUR LA SANTÉ, LE SOCIAL ET LE MÉDICO-SOCIAL !

Le 7 mars, nous appelons tous les salariés et agents des services de santé, sociaux et médico-sociaux à se mobiliser pour se faire entendre.

Au moment où des échéances électorales décisives vont avoir lieu, où la surenchère s’ajoute aux engagements démagogiques et aux opérations de séduction électorales irresponsables, où des dangers pèsent sur l’avenir de nos pratiques professionnelles par des logiques arithmétiques stupides, il est important de se faire entendre et comprendre de nos concitoyens.

La population française est très attachée à son système de protection sociale, à son libre choix de professionnels de la santé, du social et du médico-social, aux soins, à l’aide, l’accompagnement et au soutien de proximité que beaucoup nous envient dans le monde.
Mais le fossé se creuse entre les besoins de la population et les moyens dont nous disposons pour y faire face.

Notre travail fait chaque jour la preuve de sa pertinence dans une société où les inégalités se creusent, les liens sociaux se détériorent, où une partie de la population se paupérise, sous l’influence d’un progrès pas toujours bien maîtrisé, dont nous récoltons quotidiennement les bénéfices dans nos modes de vie, mais qui continue de laisser beaucoup de nos concitoyens au bord de la route.

Nous sommes indispensables à l’équilibre de la société française et les graves événements auxquels nous avons eu à faire face au cours de l’année 2016, l’ont montré à nouveau avec force.

Chaque professionnel de la santé ou du social est une richesse. La valeur de ses actions quotidiennes est invisible, difficile à recenser au PIB, mais elle participe pourtant large-ment à la croissance économique des territoires.

Le 7 mars nous ferons du bruit pour nous faire entendre, dans la rue, dans nos établissements, sous les fenêtres de nos directions, de celles des décideurs et financeurs publics qui ont la responsabilité de nous donner les moyens de poursuivre nos missions.

Et nous mettrons en garde ceux dont les projets voudraient mettre à mal l’indispensable solidarité entre les citoyens, quels qu’ils soient, d’ici ou d’ailleurs, de confessions, de genres, d’origines, de convictions politiques, philosophiques, différentes, qui tous ont ou auront besoin de nous.

Sortons de nos services, unités, établissements avec tout ce qui peut nous faire entendre. Instruments de musique, sifflets, crécelles, vuvuzelas… casseroles et cuillères, etc.

Nous sommes une richesse pour nos concitoyens et nous le ferons entendre le 7 mars.

IMPORTANCE DES FICHES D’ÉVÈNEMENTS INDÉSIRABLES

POUR ÊTRE ÉCOUTÉ : IL FAUT PARLER

Nous, CFDT, sommes engagés à vos côtés pour faire évoluer vos conditions de travail, surtout en ces moments difficiles de grande demande d’hospitalisation et d’épidémie.

Le personnel est mis à rude épreuve et souvent se trouve dans des situations délicates.Nous le savons, parfois, mais souvent nous ne l’apprenons que tard, alors que la crise est déjà bien avancée.

Nous souhaitons ici attirer votre attention et vous redire à quel point les fiches d’évènement indésirables sont là pour étayer nos demandes auprès de la direction, mais pas seulement. Elles servent aussi à faire connaître à la Direction les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de vos fonctions.Elles sont votre témoignage, votre voix !

Aussi, dès qu’un problème se pose dans votre service, par exemple, un problème de personnel, même le matin avant que votre cadre ne soit arrivé, il est IMPÉRATIF d’appeler l’Administrateur de garde, il est là pour ça. Cet appel permet de résoudre aussitôt les éventuels dysfonctionnement qui se présentent. Plus tard dans votre journée, n’oubliez pas de rédiger une Fiche d’Évènements Indésirables (FEI) sur le portail.

Sur le moment, vous pensez perdre du temps, mais au final, si vous avez de l’aide rapidement cela vous en fera gagner. Grâce à cette FEI, vos représentants CFDT auront également connaissance de cet évènement, et pourront pendant les instances, relayer et argumenter pour que de telles situations soient évitées à l’avenir.

Alors que les jours de congés sont déjà réduits au minimum, que le stress est à son maximum, il faut que tout incident soit consigné.

Aussi n’oubliez pas que pour bien travailler et prendre soin des autres il faut aussi prendre soin de vous.

Il n’est pas normal de ne pas avoir le temps de prendre ses repas ou de faire une pause digne de ce nom.

Si vous sentez que vous avez besoin d’aide CONTACTEZ-NOUS

L’Hôpital est grippé

Communiqué de presse CFDT du 12/01/2017

Aujourd’hui l’hôpital public semble ne pas pouvoir faire face à une épidémie de grippe ! C’est pourtant son rôle.
Cet épisode montre une nouvelle fois la fragilité de notre système de santé.
Déjà sous tension au quotidien, l’hôpital est incapable d’absorber de tels pics d’activité malgré la bonne volonté des personnels.
Une fois de plus, les fonctionnaires de la santé font face et montrent leur indispensable engagement. Ils sont une richesse pour le pays, richesse qu’il faut savoir préserver et cultiver, dans l’intérêt de ce bien commun qu’est la santé de chacun.
Organisation à flux tendu, restructurations inadaptées, contraintes budgétaires continuent de mettre l’hôpital en danger. Il est primordial de ne pas perdre le sens de sa mission et son utilité, et plus que jamais de garder une vision de long terme.

La CFDT Santé Sociaux demande que se développe une meilleure vision stratégique intégrant la réflexion des agents. Il faut penser notre système de soin, dans la complémentarité de tous ses acteurs, dans sa capacité à faire face à des crises sanitaires.

Pour la CFDT Santé Sociaux, la question de la prévention et de la lutte contre les inégalités sociales de santé, en
particulier pour les plus précaires doit être au cœur de cette stratégie de santé.