Le temps partagé : un succès grandissant

Les clés du social

mercredi 23 mai 2018

Cette forme d’emploi, apparue il y a une trentaine d’années, se répand dans toute la France. Cela concernerait plus de 430 000 personnes, exerçant sous des statuts variés. Cette forme d’emploi innovante soit répond à une certaine forme de flexibilité et de liberté soit est un mode de sortie du chômage. Dans le cadre d’un projet d’étude collectif, la promotion IGS-RH5 a effectué un travail de recherche par une enquête nationale sur les avantages et les limites du travail partagé.

 

Qu’est-ce qu’un temps partagé pour une entreprise ou pour un particulier ?

  • Une entreprise de travail à temps partagé (ETTP) est une entreprise dont l’activité exclusive consiste à mettre à disposition d’entreprises clientes du personnel qualifié, des conseils en matière de gestion et de formation.
  • Un particulier qui travaille dans plusieurs entreprises avec la possibilité d’avoir plusieurs statuts.

Ne pas confondre avec les pluri-employeurs ou le pluri-professions (Voir Clés du social – Les pluriactifs : quels sont leurs profils et leurs durées de travail ? [1]).

Méthodologie de l’enquête, réalisée du 15 octobre 2014 au 15 avril 2015, avec deux approches combinées :

  • -1- Une approche qualitative par 23 entretiens pour des personnes de 24 à 64 ans, avec un équilibre entre hommes et femmes, habitant des régions géographiques différentes, ayant des fonctions multiples comme employé, expert, manager, chef de projet…et exerçant plusieurs formes de travail en temps partagé (professionnels indépendants, personnes en portage salarial, salariés multi-employeurs).
  • -2- Une approche quantitative avec deux questionnaires. L’un à destination des personnes qui travaillent que ce soit en temps partagé ou pas, diffusé par l’IGS-RH et le Portail du Temps Partagé (763 réponses). Le second à destination des employeurs (ETTP) susceptibles de recruter des personnes en temps partagé, diffusé par l’ANDRH et la CGPME (161 réponses). Les deux questionnaires ont été mis en ligne pendant trois semaines.

L’analyse de l’enquête a permis d’infirmer deux hypothèses :

  • -1- hypothèse : « Il y a plus de femmes que d’hommes en temps partagé ». Lors des entretiens, les interviewés déclaraient « le temps partagé convient plus aux femmes. Il y a les enfants qu’il faut gérer ». Or, l’analyse de l’enquête nous montre que ce sont les hommes qui ont le plus recours au temps partagé.
  • -2- hypothèse : « Le choix du temps partagé est fondé sur la volonté de concilier vie professionnelle et vie personnelle ».

L’enquête nous démontre que ce choix est d’abord lié à la possibilité d’exercer un métier qui passionne :

  • « C’était une vraie envie pour moi de faire le temps partagé. Je suis un peu tombé amoureux de ce dispositif » ;
  • « Le temps partagé, c’est une forme de liberté. Je négocie avec moi-même ;
  • « Le plus gros avantage du temps partagé c’est qu’on a une liberté d’entreprendre, de pouvoir travailler sur des sujets que je choisis ».

La proportion de salariés en temps partagé selon l’âge : 46 % de salariés en temps partagé ont entre 40 et 49 ans. L’utilisation du temps partagé devient de plus en plus significative dès que les personnes atteignent la tranche d’âge 40-49 ans. « Je me suis rendu compte qu’arrivés dans la cinquantaine les salariés commençaient à rencontrer des difficultés dans l’entreprise et moi j’avais plutôt envie d’anticiper ces difficultés plutôt que de les subir. Maintenant je pense que ce choix était le bon » « La vie que j’ai aujourd’hui serait incompatible avec le fait d’avoir des enfants ».

Présence d’un élément important dans la carrière des personnes à temps partagé : 77 % des personnes en temps partagé déclarent avoir vécu un événement important dans leur carrière. Cette proportion est beaucoup plus faible chez les personnes qui ne sont pas à temps partagé. Sont le plus souvent cités des événements liés à une rupture avec l’entreprise, comme un licenciement ou un conflit avec son entreprise ou son manager. 33 % des répondants travaillant en temps partagé ont 2 enfants. 18 % des répondants travaillant en temps partagé ont 3 enfants ou plus. Dans l’échantillon, les parents d’un enfant ou de trois enfants ou plus sont surreprésentés au sein des salariés en temps partagé.

La proportion de salariés en temps partagé suivant la zone géographique : 67 % des salariés en temps partagé sont situés en région contre 33 % en Île de France. Cela est sans doute dû au fait qu’en Île de France le bassin d’emploi est plus important qu’en régions. Dans l’échantillon, la proportion en faveur de la province est moins forte au sein des personnes qui ne sont pas en temps partagé.

Le second questionnaire concerne les employeurs susceptibles de recruter des professionnels en temps partagé. La population de répondants est représentée par une majorité de personnes appartenant à l’ANDRH venant d’entreprises variées (petites, moyennes et grandes entreprises) et cette population occupe pour plus de 45 % un poste de DRH. Les différents cas de recours au temps partagé : 44 % des entreprises interrogées déclarent avoir recours au temps partagé pour recruter des cadres. 14 % des entreprises qui utilisent le temps partagé s’en servent pour le management de projet tandis que 11 % y ont recours pour le management d’équipe.

Les bénéfices pour les entreprises de recruter des personnes à temps partagé. Ce sont surtout : un apport de compétences pour 38 %. Avoir l’intervention d’un professionnel en fonction des fluctuations de l’activité de l’entreprise pour 29 %. La possibilité de travailler avec des professionnels qu’ils n’auraient pas pu recruter pour 25 %.

Temps partagé et employabilité : Il ressort du questionnaire que les personnes qui exercent une activité à temps partagé se sentent tout aussi employables et sont plus satisfaits de leur vie professionnelle que les personnes ne travaillant pas en temps partagé. « Je trouve que cela m’a ouvert d’autres portes, un univers qui m’est étranger ».

Les personnes interviewées mettent en avant le fait que le temps partagé permet une forme de flexibilité et de liberté. Il permet de s’adapter aux changements du monde du travail et d’assurer une certaine transition professionnelle. « Il faut être vraiment caméléon. Clairement, aujourd’hui je suis en costume ; demain je vais dans une entreprise de BTP, si j’y vais en costume on va me prendre pour un huissier, je vais donc être en jeans et chaussures de chantier. ». « J’ai ces deux ou trois casquettes. Il faut vraiment être acrobate, sauter du coq à l’âne en permanence ».

Pour David Bibard, fondateur du Portail du temps partagé :

« Selon la troisième édition de notre baromètre annuel, 93 % des professionnels exerçant leur activité à temps partagé se disent satisfaits de leur situation et souhaitent conserver ce mode d’organisation. Parmi les répondants, 33 % apprécient la diversité des missions, 25 % l’autonomie et 23 %, l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle ».


Références

Ce projet en quelques chiffres, c’est 36 étudiants, 23 personnes en temps partagé interviewées, 2 questionnaires réalisés. 6 mois d’études, de recherches, de doutes, de bonheur et de fierté :

Auteur : cfdtchfalaiseweb

Section CFDT du Centre Hospitalier de FALAISE (14). CFDT Santé Sociaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s